Vous avez passé par plusieurs étapes durant la construction de votre nouvelle résidence, maintenant que vous avez vos clés, vous êtes chez-vous... mais l’aventure n’est pas encore terminée. Compte tenu du nombre de systèmes, de produits et de matériaux utilisés pendant la construction, il faut vous attendre à ce que certains d’entre eux nécessitent des ajustements ou de légères modifications.


Après des études collégiales en arts, Brigitte Poitras a étudié en marketing à l'université d'Ottawa. Coanimatrice à l'émission Bye-bye Maison!, elle oeuvre dans le domaine de la décoration depuis 1997 à titre de décoratrice-styliste. C'est en 2003 qu'elle s'est intéressée au phénomène immobilier américain : le home staging. Ce concept a piqué sa curiosité...

Pas moins de 20 % des courtiers immobiliers du Québec5 sont rassemblés sous la bannière RE/MAX, ce qui permet à celle-ci de réaliser presque la moitié des ventes de propriétés inscrites dans la province6 . C'est certainement ce qui permet à RE/MAX d'être la seule bannière du secteur immobilier à figurer sur la liste des 30 entreprises les plus admirées des Québécois, selon Léger Marketing et le journal Les Affaires.

L'immobilier est aussi vulnérable à certaines malversations. En 2018 en France selon rapport d'activité de la Commission nationale des sanctions (CNS, 7 mai 2018) : 76 % des entreprises, sanctionnées dans le cadre de la réglementation sur le blanchiment de capitaux et de financement du terrorisme, appartiennent au secteur de l'immobilier. Malgré quelques progrès par rapport aux années précédentes, 49 décisions de sanctions ont concerné en 2017 leurs obligations en matière de lutte contre le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme ; 87 sanctions dont 25 interdictions temporaires d'exercice d'activité ont du être prises, ainsi que 13 avertissements et 39 sanctions financières (de 1 000 à 30 000 euros d'amende) ; selon la CNS, il s'agit cependant surtout de manquements professionnels liés à une ignorance largement partagées des obligations de ces entreprises. En France le secteur de l'immobilier a obligation légale de produire des dispositifs d'identification de gestion des risques, obligation qui selon la CNS reste « au mieux mal comprise »7.
Ce sont 20 % des courtiers immobiliers de la province5 qui travaillent sous la bannière RE/MAX et qui participent ainsi à la vente de presque la moitié des propriétés offertes au Québec6, réalisant ainsi une performance remarquable ! Rien d'étonnant à ce que RE/MAX soit la seule bannière du secteur immobilier à figurer sur la liste des 30 entreprises les plus admirées des Québécois, selon Léger Marketing et le journal Les Affaires.
Les informations des propriétés sur ce site proviennent des inscriptions Royal LePage et du service de distribution de données de l'Association canadienne de l’immeuble (SDD). SDD mets en référence des inscriptions tenues par des agences immobilières autres que Royal LePage et ses distributeurs. L'exactitude de l'information n'est pas garantie et devrait être indépendamment vérifiée.
×